Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des lectures et écritures des élèves du collège Jolimont à Toulouse
  • Le blog des lectures et écritures des élèves du collège Jolimont à Toulouse
  • : Site de lecture-écriture, et d'apprentissage de l'info-documentation. Nadine Lanneau, prof documentaliste du collège Jolimont Toulouse
  • Contact
5 décembre 2009 6 05 /12 /décembre /2009 14:00
Depuis le mois de septembre, le lundi de 12h30 à 13h20, de nombreux articles ont été écrits à la fois par les élèves du comité de rédaction mais aussi par des élèves venus pendant les études. Deux classes ont aussi apporté leur contribution, les 41 et la classe d'accueil. Problème : à cause d'un changement d'horaire (je m'occupe maintenant de l'accompagnement éducatif des sixièmes le lundi au lieu du vendredi) et de l'apparition de nombreux clubs, il est devenu impossible de réunir tous les élèves du comité de rédaction le lundi.
 Le journal est cependant terminé. Il ne reste qu'à finaliser l'éditorial, ce qui ne saurait tarder. Pour des raisons matérielles de photocopie, le journal ne sera pas distribué sous forme papier mais comme les deux derniers mis sous forme pdf dans le blog "Jolimont's cool !". Je prends la décision de continuer à faire écrire qui le voudra sur le blog au fur et à mesure des envies. Certains élèves ont déjà commencé. Il semblerait que les élèves apprécient de voir leur écrit immédiatement ou assez rapidement lisible sur le blog.  Attendons la suite...
Repost 0
Published by N. Lanneau prof doc - dans Mes textes
commenter cet article
27 septembre 2009 7 27 /09 /septembre /2009 10:29
Les sixièmes ont cette année, dans leur emploi du temps des séances d'apprentissage en info-documentation dispensées par la professeur documentaliste. Ils viennent par demi classe une fois tous les quinze jours, à 8h le lundi matin (63), le mardi (61), le jeudi (62).
Les séances ont commencé par une évaluation diagnostique des compétences déjà-là à l'arrivée en sixième, et des connaissances en info-documentation. Sont aussi testées les représentations des élèves quant aux notions de document, information, de centre de ressource dont ils entendront parler pendant toute leur scolarité. On sait que ces notions sont difficiles à acquérir, que les élèves les préciseront de mieux en mieux au fil du temps à travers leurs travaux de recherche documentaire. Ceux-ci se feront sur documents papier et numérique.
L'élève se teste aussi lui-même dans une co-évaluation en début d'année et refera la même évaluation en fin d'année pour voir ses progrès. Il évaluera également ses compétences pour le B2i item "S'informer se documenter".
Cette année, les élèves peuvent accéder aux ressources du CDI et à des ressources numériques via Internet car la base de données est externalisée et consultable au CDI et hors CDI grâce au logiciel de recherche PMB.
Repost 0
27 septembre 2009 7 27 /09 /septembre /2009 10:19
En cette rentrée, les élèves ont été nombreux à répondre présents pour constituer un comité de rédaction. Nous avons une dizaine d'élèves dont la plupart seront chefs de rubriques. Ils ont élu une élève de cinquième en tant que rédactrice en chef. Les séances ont lieu le lundi de 12h30 à 13h30.  Des propositions de rubriques et d'articles ont été faites.
Repost 0
Published by N. Lanneau prof doc - dans Mes textes
commenter cet article
10 juin 2009 3 10 /06 /juin /2009 07:00
Année scolaire 2008-2009. Mois de juin 2009

  Le projet de journal du collège n'a pas fonctionné comme l'an dernier : peu de candidats. Mais des articles ont été écrits en décembre, à la volée ou à partir des séances de classes, en particulier d'une sortie au Printemps de Septembre, en quatrième  en arts plastiques et en classe d'accueil. Ce fut le seul journal de l'année distribué dans le collège à qui voulait le lire, et aux classes de CM2 des alentours.

En cette fin d'année, peu d'articles malgré des opportunités : la fête du collège en avril, des voyages en Espagne, en Allemagne (mais un peu tardifs dans l'année). J'ai recueilli malgré tout quelques comptes rendus de la fête écrits par des élèves de sixième que j'ai insérés dans le blog "journal" ainsi qu'un texte d'un élève de quatrième sur son voyage en Espagne:
Voir sur la page



La liaison avec les écoles élémentaires du quartier fonctionne...

   Un bon point : les élèves de CM2  dont certains seront nos futurs sixièmes, sont venus passer la journée au collège en terminant par le CDI. Nous avons parlé du journal qui leur avait été distribué en décembre et qu'ils connaissaient depuis l'an dernier... en espérant avoir créé des vocations d'écriture chez les sixièmes à la rentrée.


Des difficultés...depuis l'an dernier...
   Des difficultés liées entre autres au manque d'ordinateurs dans le CDI... problème qui devrait être résolu dès la rentrée 2009 puisque le collège va être doté par le Conseil Général. Il sera plus facile de faire écrire les élèves si le matériel est disponible à toute heure.
L'an dernier, des ordinateurs qui fonctionnaient plus ou moins bien : Un seul ordinateur cette année,  et enfin, victime en juin de l'inondation qui a occasionné des dégâts dans le collège, suite aux orages.
Repost 0
Published by N. Lanneau prof doc - dans Mes textes
commenter cet article
9 mai 2009 6 09 /05 /mai /2009 06:09
Le journal du collège "Jolimont's cool !" crée en 2008-2009 dans un club journal a eu cette année 2009, des difficultés à se mettre en place. Il est certainement normal que toute action, tout projet connaisse des ralentissements propices à de nouvelles avancées. Je tiens mon "carnet de bord" de ce projet et je décide aujourd'hui d'en faire profiter d'autres personnes qui seraient intéressées par cette action pédagogique.
Je rappelle que le journal papier a son blog  personnel comme tout journal dans la réalité a son blog ou son site. On peut le lire et poster des commentaires à cette adresse.


Voici un premier texte datant de l'année 2008 qui tente de relater l'expérience de lancement du journal. J'y fus très maladroite autant que les élèves mais nous avons réussi en fin d'année à faire émerger ce qui est devenu le journal du collège.


Un projet qui se cherche encore pour l’année prochaine…

   Je viens d’arriver dans mon collège à la rentrée, et ce journal qui vient de sortir, est le premier.
J’ai proposé la réalisation d’un journal du collège dans un club entre midi trente et treize heures trente parce que pour moi, prof documentaliste au CDI, c’est le seul moment où je peux avoir des élèves de tous niveaux, volontaires, qui travaillent ensemble. Je recherche en effet l’hétérogénéité que je ne rencontre que rarement dans les groupes classes qui travaillent avec moi, en demi classe, (cette année, les sixièmes et une cinquième). Cela dit, dans une classe, l’hétérogénéité existe, tous les élèves ne sont pas semblables.
Le club journal fait partie de mon travail de prof doc, du moins je considère que je peux y réaliser mes missions : former à l’utilisation des Tic, à l’outil mais surtout à l’utilisation consciente et responsable d’Internet, faire écrire, faire lire, mettre les élèves en situation d’autonomie et d’initiative.

Fin octobre : le lancement du projet
   Résumons. Je lance ce club en octobre, vingt-sept élèves de tous niveaux se présentent avec des représentations d’un journal, du but à atteindre assez flous mais en même temps, assez communs : on veut vendre d’abord, à des prix exorbitants (époque oblige, les ados ne sont que des tambours résonnants de la société ambiante). À qui ? On l’ignore, le collège, les copains, le quartier, sans se demander quelle est l’attente de ce lectorat. Si, tout le monde s’accorde sur « le people » ! Tiens, encore l’air du temps et le reflet de ce qui est lu à la maison et n’est pas lu au CDI au point que je me demande souvent à quoi bon s’abonner à tant de périodiques pour qu’ils ne soient lus que par certains qui de toutes façons, sont des lecteurs. Alors n’acheter que du « people » pour gagner des lecteurs ? Ou faire réaliser un autre journal que ceux qu’ils connaissent mais qui serait le leur ?

Donc traitement d’urgence, après vote pour élire un comité de rédaction et une rédactrice d’une classe de troisième : mettre les élèves en état de déconstruire leurs représentations de ce qu’est un journal. Car pour eux, il ne se passe rien non plus, au collège, il ne se passe rien dans le quartier… Ils veulent donc mimer la presse jeune qu’ils connaissent, où prédominent photos d’artistes, chanteurs éphémères mais auxquels ils s’identifient, avec bien sûr peu de texte à lire car ce n’est pas le but. Avec l’aide d’une maman d’élève et d’une personne en CAE (Contrat d’aide pour l’emploi), j’organise trois groupes avec distribution de presse ados et presse adulte et un questionnaire précis. On découvre alors des territoires inconnus, des rubriques qui interrogent sur le monde, la France, l’actualité, mais aussi la vie d’ados, etc. Chacun, ou en groupe de deux, se choisit un sujet à traiter. Nous n’avons qu’une heure à chaque fois, il est bien difficile d’aller faire des enquêtes, bien qu’un élève de troisième se soit proposé pour aller sur la place du Capitole photographier et interviewer les sans-logis qui campent. Mais il abandonnera à cause de la préparation anxiogène du brevet qui débauchera peu à peu une grande partie de ces troisièmes, même la rédactrice en chef.

Des débuts chaotiques
    Mais chacun a enfin son sujet, enfin je veux y croire, nous allons sur les ordis car ils en rêvent tous. A partir de là, c’est la débauche « Internet », la frénésie du copier coller qui va l’emporter malgré mes recommandations : un journaliste qui fait son article va sur le terrain, ne fait pas de copier coller mais enquête et donne son point de vue. Mais comme on me déclare sans arrêts qu’il ne se passe rien dans ce collège ni dans ce quartier, et qu’il est assez difficile d’aller voir ailleurs… Je laisse faire…
    Parallèlement, je crée un blog pour accompagner le projet. Il sert à recevoir les brouillons que l’on peut envoyer de chez soi, d’articles qui ne passent pas directement sur Internet puisque le blog est modéré. Mais il y en aura peu. Il est très difficile de mobiliser l’ensemble des élèves du collège malgré l’affichage réalisé par une élève dans le hall.
Mes remarques sur le copier coller, sur le droit d’auteur (car on recopie sans vergogne des textes ou des images sur le moteur Google, sans mentionner l’auteur) me permettent de remettre les pendules à l’heure du B2i.

Il faudra que les élèves comprennent ce qu’est un auteur (individuel ou collectif) pour qu’ils admettent qu’il faut qu’ils respectent les écrits des autres et qu'ils apprennent à citer leurs sources.
Fin décembre, je décide avant les vacances de faire imprimer tout ce qui a été produit : je me retrouve donc avec un amoncellement de copier coller. En janvier, nous analysons, chacun reprenant la page du copain pour une « réécriture » qui en restera au niveau de la « correction des fautes d’orthographe ». Encore une représentation à dynamiter : l’orthographe est importante certes, mais elle ne vient qu’à la fin et elle ne doit pas bloquer l’écriture. Ce blocage, je l’ai remarqué chaque fois que j’ai demandé à des élèves de sixième un travail en atelier d’écriture. Ils n’ont accepté d’écrire qu’avec l’assurance que je ne ferai pas attention à l’orthographe qui serait corrigée et non notée en fin de travail. Un vrai soulagement ! Je pose à nouveau la question : « mais il ne se passe vraiment rien dans ce collège ? - Non… »

Le journal est arrêté
   Je décide fin janvier d’arrêter le journal papier pour laisser décanter… Plusieurs élèves démissionnent alors, partent avec leur « copie » certains avec véhémence ; un groupe plus restreint s’accroche, un débat s’installe. Ces élèves sont peu à peu rejoints volontairement et jusqu’à la fin, par des élèves en difficulté en lecture-écriture d’une classe de cinquième avec qui je travaille maintenant. On accepte finalement d’écrire sans utiliser systématiquement Internet.
   Une élève de cette cinquième très en difficulté, que je dois aider, et qui parvient à écrire, décide de relater la visite d’un auteur-photographe dont sa classe étudie le roman. Celui-ci a exposé sur l’Algérie pendant deux mois au CDI. Qu’est-ce qui a bien pu faire que cette élève exclue très souvent des cours, pas facile, et aux résultats scolaires peu brillants, devienne si assidue ?
   Les élèves acceptent enfin de voir qu’il se passe des choses dans ce collège. On accepte de réécrire des textes outrageusement recopiés sur Internet, mais il y a du découragement, ce n’est pas facile. On écrit un peu sur le blog. Des commentaires sont postés.

Des perspectives s'ouvrent...

   Février : j’apprends que des CM2 vont pour la première fois venir nous rendre visite au collège, le principal ayant pesé pour que la liaison très importante entre les deux niveaux, se réalise. Et c’est bientôt la Semaine de la Presse : une quantité impressionnante de journaux et magazines gratuits autant pour la jeunesse que pour les adultes doit nous être envoyée. Ils seront exposés au CDI. C’est l’occasion rêvée pour présenter aux élèves une suite du projet. Nous allons limiter nos ambitions et présenter un journal « Spécial CM2 » avec un but précis cette fois : accueillir les futurs sixièmes et nous interroger sur « comment leur donner envie de venir dans notre collège» à l’heure où celui-ci perd ses effectifs, ses profs, a mauvaise réputation.

   Je suis étonnée de rencontrer enfin des élèves plein de sérieux, qui comprennent certainement qu’il y a enfin un enjeu dont ils seront responsables. De leur travail d’écriture, et dans un temps limité, viendra la réussite ou non. Alors, on décide d’aller faire des interviews dans le collège, pour parler des clubs, de ce qui s’y passe. Même des sixièmes qui ont entendu parler du projet, se lancent dans l’aventure. Ils demandent à partir en reportage pendant des heures de permanence qu’ils viennent « perdre » au CDI car ils n’ont souvent aucun projet de travail ou de lecture à ce moment-là. Ils partent interroger tout le personnel qu’ils semblent d’ailleurs découvrir, en tout cas sous un autre angle pour certains. Bien sûr, dans le journal, ne seront pas reproduits tous les renseignements qu’ils ont récoltés, des dates de naissance, des années d’étude. Des personnels de service se mettent à raconter leur vie. Des sixièmes sont allés interviewer une assistante d’éducation et je ne sais toujours pas qui a réécrit les notes rapportées pour en faire le texte cohérent que nous avons publié. Mais l’assistante d’éducation m’a dit par la suite que les sixièmes étaient tout étonnés qu’elle ait des diplômes et qu’elle ait fait autant d’études, ne la connaissant que comme la surveillante de la cour et des permanences.
  Soudain, ces élèves qui pour beaucoup participent à plusieurs clubs, découvrent qu’ils n’avaient jamais pensé à écrire dessus. C’est pourtant la vie du collège…

Des buts ont été atteints

   Alors, bien sûr, ce numéro 0 qui va finalement sortir au mois de mai 2008, me semble atteindre certains buts :
   Au début, il manquait l’identification du lectorat : à qui s’adresser et pour dire quoi ? Dans la réécriture du projet qui m’a permis à moi aussi de dépasser mes erreurs, les lecteurs sont bien identifiés, notre projet sur eux aussi.
Les élèves ont dû se questionner par rapport à des habitudes peu productives comme le copier coller, qui est une plaie à l’heure actuelle quand en plus, l’on ne donne pas les sources des informations.  Les élèves ne peuvent comprendre facilement surtout en collège, qu’il s’agit d’un vol, non des idées d’autrui (après tout, les idées doivent circuler et quand on travaille en groupe, on partage les idées), mais de son écriture, de la manière dont lui, personnellement, les a pensées. Il me semble que c’est en se situant réellement comme auteur, en pensant la situation de l’intérieur que ce concept peut être construit. Sinon, cette demande de citer ses sources, de ne pas faire du copier coller, risque de rester de l’ordre de l’interdiction extérieure, demandée par le prof.
-    La distance : j’ai voulu réaliser le journal avec les élèves. J’ai écrit l’éditorial, mais la prochaine fois,  ce pourra être l’un d’entre eux. Je me suis chargée de la mise en page informatique tout en les intégrant à la conception de la maquette d’un point de vue « intellectuel » : quelles rubriques allions-nous mettre et comment ? Il m’est arrivé de corriger des expressions au moment du bouclage du journal par respect à la fois des élèves auteurs et des lecteurs. Je n’ai pas vu cela comme une intrusion dans des écrits intouchables. Au contraire, ils permettront dans les séances de débriefing, de réfléchir dessus. Un journaliste localier est d’ailleurs invité pour ancrer ce projet dans la vie sociale .
-    L’éducation à l’image participe de la mise à distance. Des élèves ont fait les photos, c’est une forme d’écriture et de pensée sur le réel. Toujours à partir de notre objectif : nous voulions présenter le collège sous un aspect le plus agréable possible. Le groupe a analysé ensemble quatre photos que j’avais sélectionnées comme caractéristiques. Plus tard, cette sélection pourra être faite directement par les élèves, mais le manque de matériel et de temps a fait que j’ai réalisé cette opération chez moi. Des réflexions sur le cadrage, la présence ou non de certains éléments dans l’image ont amené à comprendre qu’une image, une photo n’est pas neutre et que l’on peut à la fois tenir un discours dessus mais aussi s’en servir comme une arme de persuasion et de propagande : les élèves ont choisi l’image du bâtiment vu d’un peu loin, avec du feuillage autour (on préserve la nature ici, - en plus il y a un projet « développement durable recyclage » dont personne n’a parlé,  je suppose, parce qu’il peine à se mettre en route et existe à peine - ), contre l’image cadrée de près où prédominait le béton et même la moisissure.
-    Comme tout journal, celui-ci contient des articles neutres, comptes rendus, mais aussi des textes d’élèves qui donnent leur point de vue : des articles que des élèves ont signés, où ils s’impliquent et s’adressent à un lecteur supposé les lire pour tenter de le convaincre. Les élèves de la classe d’accueil ENSA ont écrit des autobiographies qui les ont amenés à utiliser plusieurs supports, le crayon en classe et le clavier en salle informatique. On pourrait dire qu’ils étaient comme à l’école maternelle, car ils ont à apprendre le français et ils ont tous beaucoup aimé ce genre de travail. Pour eux, aussi, la situation d’écriture était claire depuis le mois de mars : ils écrivaient pour le journal. Leur prof de français leur avait bien expliqué qu’il ne s’agissait pas d’un exercice pour faire un exercice.

 Plusieurs élèves, de leur propre initiative,  ont pris contact avec les directeurs de leur ancienne école, sont allés demander le nombre de photocopies à fournir et se sont proposés pour aller les distribuer aux CM2. Ce sera un excellent moyen de liaison.
Juin 2008
Repost 0
Published by N. Lanneau prof doc - dans Mes textes
commenter cet article
1 février 2009 7 01 /02 /février /2009 10:02
Après la sortie à Toulouse au Printemps de Septembre, 8 élèves de la classe d'accueil sont venus au CDI écrire des articles comptes rendus de la visite, pour le journal "Jolimont's cool". Ce ne fut pas facile mais des productions ont été réalisées.
Pour continuer l'apprentissage, ils viennent de fabriquer un jeu de Memory avec des expressions, des phrases, des mots utilisés pendant ces écriture afin de mieux s'incorporer, et de façon ludique la langue française.
Dans ce jeu, les joueurs doivent retourner des cartes pour retrouver des paires identiques (ici, non des images mais des textes plus ou moins longs),

Des exemples d'expressions
Les drapeaux du Capitole
Les palmiers des Jacobins
Elle a aimé
Elle n’a pas aimé
Il a fait des photos
On a vu les ponts
On a vu le Pont Neuf
On a vu un avion
On a vu un poisson
On a vu des poissons
On a entendu des chansons
On a entendu une chanson
La gargouille, c’était un lion
Les gargouilles, c’étaient des lions

etc.
Mode d'emploi du jeu de Memory
- Ces textes sont écrits deux fois et les cartes sont mélangées avant d'être présentées face contre la table.
- Chaque joueur, à tour de rôle, doit en retourner une puis en retourner une autre au hasard pour trouver la carte identique.
- La fois suivante, il doit doit se souvenir de l'endroit où se trouvent les cartes identiques retournées par les autres joueurs.

- Le gagnant est celui qui a trouvé le plus de paires identiques.
 

Ce mode d'emploi du jeu sera d'abord lu par les élèves et toujours à disposition.
Repost 0
Published by N. Lanneau prof doc - dans classe d'accueil08-09
commenter cet article
18 janvier 2009 7 18 /01 /janvier /2009 19:16
« Bonjour,
hier j’ai lu « La femme noire qui refusa de se soumettre  - Rosa Parks ».

Auteur : Eric simard
Illustratrice : Carole Gourrat
Editeur : Oskar Jeunesse, 2006.

Thèmes : Racisme, tolérance 

Copyright E. Simard, Editions Oskar

Je l’ai trouvé super ce livre, ça m’a fait penser à Barack Obama qui est le premier président noir des Etats-Unis.
Car Rosa Parks est une femme de couleur, noire. Elle n’a pas voulu donner sa place de bus à un homme blanc. Autrefois, il y avait des places pour les blancs et d’autres pour les noirs. Les places pour les noirs étaient au fond du bus et pour les blancs devant.   
Quand j’ai fini ce livre, j’ai vraiment pensé à lui. C’est une histoire fascinante et une très belle histoire. »
Aurore. Article paru dans le journal du collège de décembre 2008.
Repost 0
Published by N. Lanneau prof doc - dans Prix des Incos
commenter cet article
18 janvier 2009 7 18 /01 /janvier /2009 19:07
Les élèves de toutes les classes du collège ont la possibilité de devenir des lecteurs Incorruptibles.
Meggy élève de 4° présente ainsi ce prix national sur le journal papier et sur le blog "Jolimont' cool !" :

Objectif :
-    Changer le regard des jeunes sur le livre
-    Donner la parole aux lecteurs
-    Les laisser se faire une opinion sur les livres
-    Partager ses opinions
-    Valoriser leur vote
Pour y participer tu dois :
-    lire pendant la durée du prix
(jusqu’en mai 2009)
-    les 5 titres sélectionnés
-    te faire un avis personnel sur ces derniers
-    participer au vote
-    faire valoir ton point de vue en toute autonomie

On peut accéder au site des Incorruptibles et y retrouver des jeux, des infos.


Bonnes lectures à tous et à toutes !
Certain(es) sont bien avancés dans leurs lectures, d'autres hésitent encore...
Courage !
Repost 0
Published by N. Lanneau prof doc - dans Prix des Incos
commenter cet article
11 janvier 2009 7 11 /01 /janvier /2009 17:55
Analyse des panneaux

Avant de commencer la recherche, il faut savoir ce qui va être produit à la fin, sous quelle forme et quels sont les critères pour bien communiquer.
Une partie des groupes dans les demi classes qui travaillent en SVT doivent produire des panneaux à exposer dans l'espace culturel pour communiquer sur un grave problème : la disparition des espèces au cours de l'histoire , l'extinction des espèces en Europe actuellement et leur préservation.
L'autre partie dans chaque demi classe par tirage au sort a obtenu la production "réaliser une affiche à mettre dans la classe de SVT". Tout le monde a donc besoin de connaître les critères de production avant d'engager la recherche.
La recherche a été interrompue et vient de reprendre en janvier pendant les heures d'études.

Les élèves ont fait la critique de panneaux réalisés les années précédentes
63 groupe B : les réponses données en majorité et retenues pour fabriquer des critères.
Panneau 1 : Espagne romaine
- illisible, incompréhensible
- Il y a bien un gros titre qui présente le sujet mais c'est tout, pas de sous-titres
- Il y a surtout du texte mais mal présenté car écrit trop petit
- Les photos sont peu visibles car elles sont sombres

Panneau 2 : sur le Canal du midi
- beaucoup trop d'images
- pas de titre apparent ni de sous-titres
- pas d'écriture, de texte

Panneau 3 : sur le Canal du midi
- un titre gros mais qui n'apparait pas comme un titre
- il n'y a pas de sous-titres bien apparents avec les textes
- il y a beaucoup trop de texte qui apparait comme du copier coller

Panneau 4 : sur la Guerre d'Espagne et la République espagnole
- panneau bien présenté même s'il est en deux parties
- chaque partie indique le sujet par un gros titre
- il y a peu de texte mais il attire l'attention
- les images sont bien choisies
- images et dessins sont légendés

A partir de ces analyses, vont être établis des critères pour faire un panneau ou une affiche capables de bien communiquer l'information.
Repost 0
8 janvier 2009 4 08 /01 /janvier /2009 03:41
Fiche d'auto-évaluation en début de recherche

Les élèves de deux classes de sixième se sont auto-évalués pour commencer leur recherche documentaire sur les espèces disparues à la préhistoire, en voie d'extinction ou préservées en Europe. Ce questionnement leur a permis de connaître les attendus de toute recherche.
Une fiche d'auto-évaluation sous forme de tableau leur a été distribuée. Ils mettent des croix dans les colonnes correspondant au niveau qu'ils estiment avoir pour réussir dans telle compétence ou item. Une validation sera faite par moi au cours du travail et à la fin en relation avec une évaluation finale de l'élève qui reprendra sa première auto-évaluation pour confirmer ou infirmer et surtout voir ses progrès d'un bout à l'autre de la recherche.

Fiche

Dans toute recherche documentaire, quelles sont les questions que je dois me poser pour réussir pendant mes années de collège, au lycée et dans mon futur métier ? Quelles sont les compétences que je dois acquérir ?



Je dois 1 2 3 4 Evaluation B2I prof documentaliste
Comprendre ce que j'ai à faire (la consigne)          
Savoir quels sont mes objectifs finaux (la production)
                   
         
Savoir établir une problématique (se questionner)          
                  
Savoir rechercher mes informations : identifier les sources
         
Savoir si mes informations sont pertinentes (vraies ou fausses)          
Savoir prélever l'information pertinente (prendre des notes)          
Savoir la reformuler de façon personnelle          
Savoir produire un document et le communiquer          

Je m'évalue

-    1 : non acquis
-    2 : en voie d'acquisition
-    3 : à confirmer
-    4 : acquis




Les élèves ne sont pas notés. Simplement, leur travail de bout en bout, est observé, analysé pour que des aides soient apportées et que l'élève soit de plus en plus autonome face à une recherche documentaire.






 
Repost 0