Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des lectures et écritures des élèves du collège Jolimont à Toulouse
  • Le blog des lectures et écritures des élèves du collège Jolimont à Toulouse
  • : Site de lecture-écriture, et d'apprentissage de l'info-documentation. Nadine Lanneau, prof documentaliste du collège Jolimont Toulouse
  • Contact
4 novembre 2008 2 04 /11 /novembre /2008 04:54
Premier texte à lire avant la visite

    Les élèves de la classe d'accueil sont allés avec les 43 au Festival d'Art contemporain "Le Printemps de Septembre" à Toulouse. Ils ont préparé la sortie avec leur professeur de français, en venant rechercher des documents au CDI sur Toulouse, les monuments, en particulier sur le cloître des Jacobins (le musée des Jacobins) puisqu'une des expositions s'y tenait.

    Puis au CDI, quelques temps après, trois groupes se sont constitués, groupes de besoin, avec l'enseignante de français et moi-même qui ai pris la charge le plus avancé dans la langue française.

Lecture d'un texte distribué à chacun
: les élèves avaient écrit en classe avec leur professeur, sur leur cahier, des mots qu'ils avaient retenus de leur discussion orale à partir des documents sur Les Jacobins : "le palmier des Jacobins", "les vitraux", "des piliers"etc. Ils les avaient illustrés de petits dessins.

Je leur ai donné un petit texte à lire silencieusement que j'avais écrit sur le musée des Jacobins qui était semble-t-il le centre de leurs préoccupations puisqu'ils avaient les photos en mains : il fallait souligner tout ce que l'on reconnaissait, puis, collectivement, nous avons lu au tableau, chacun se proposant pour écrire ce qu'il avait compris en recopiant un passage.

"On va voir le palmier des Jacobins mardi 14 octobre 2008. Sur les photos, on peut voir des vitraux, des piliers avec de la lumière. Dehors, en haut des murs, il y a des scuptures appelées "gargouilles" : ce sont des animaux fantastiques qui font peur."

Nous avons d'abord parlé du sens probable de ce texte dans son entier. Des mots ont été reconnus immédiatement (ceux déjà travaillés en classe) le reste trouvé par la recherche collective et le sens qui induisait la suite d'une phrase : il s'agissait non seulement de mots mais d'expressions plus larges. Par la recherche collective, tout le texte a donc été lu. Il faudra ensuite faire un entraînement sur les mots et expressions pour les confronter à d'autres semblables ou différents et en tirer des  invariants pour de futures lectures.

Deuxième texte : après la visite. La commande à l'adulte

J'ai utilisé "la commande à l'adulte" pour ces élèves, comme on peut le faire pour des élèves de primaire cycle 2 en apprentissage de la lecture, écriture (proposition de l'AFL) :

« Je préfère la technique de la "commande à l'adulte": les enfants n'étant pas encore autonomes pour gérer tous les paramètres de l'écriture (d'une observation, d'un compte-rendu, d'une hypothèse, etc.), ils peuvent néanmoins avoir une idée de ce qu'ils veulent écrire et de comment ils voudraient que ce soit écrit; ils prennent ainsi l'habitude de penser l'écrit qu'ils veulent, de penser d'abord aux macro-structures au lieu de commencer tout de suite par un mot, par une phrase, et de s'enliser dans les micro-structures. Et ils passent commande au maître de ce qu'ils veulent.

À lui d'écrire, éventuellement de proposer plusieurs versions si la commande n'est pas assez précise, et à eux de lire pour voir si ça correspond bien à ce qu'ils attendent (avec l'avantage pour eux lecteurs de savoir ce qu'il va y avoir dedans (comme nous adultes qui anticipons largement le contenu de ce que nous lisons - et de toute façon on se risque peu à lire des choses totalement inconnues...) et ainsi de prêter attention au principal : ce qui est écrit et comment c'est écrit).

La production écrite est la situation typique de surcharge cognitive et la commande à l'adulte permet d'alléger les tâches pour se consacrer à l'essentiel, à l'essence de l'écriture. Ce travail d'écriture pour le maître n'est pas un travail supplémentaire, mais un travail à la place des fastidieuses heures de corrections orthographiques (dont on sait qu'elles ne servent à rien, si ce n'est à faire croire aux parents qu'on est un bon maître comme au bon vieux temps), qui ne sont pas totalement supprimées mais considérablement allégées par les stratégies orthographiques décrites ci-dessus (outils de référence et aides diverses et multiples où les enfants peuvent se débrouiller tout seuls, le principe étant que si le maître est le seul recours possible, il est tout puissant dans la classe mais en même temps esclave de l'impuissance des enfants. Bref, plus ils en font tout seuls, moins on en fait et plus on peut se consacrer à eux avec la tête moins dans le guidon...). De plus ce type d'écrit fait du maître un producteur d'écrits (ce qui est la moindre des choses quand on prétend enseigner la production écrite) et donne des supports aux activités de lecture. »

Auteur: Thierry Opillard
http://library.unesco-iicba.org/French/Sciences/Science%20pages/Articles/Comment_gerer_l'ecriture.htm

Qu'est-ce que la commande à l'adulte ?




Repost 0
Published by N. Lanneau prof doc - dans classe d'accueil08-09
commenter cet article
24 octobre 2008 5 24 /10 /octobre /2008 01:42
Modalités de la formation info-doc sixièmes

    Avec les trois classes de sixièmes, j'ai organisé depuis fin septembre, une session de formation pour découvrir le CDI, le lieu, ses usages, les manières de s'y comporter, ses outils. Les apprentissages en recherche documentaire se feront au fil des mois après les vacances d'automne, non plus dans les créneaux "Heures de CDI" pris sur le temps des permanences mais en partenariat avec les professeurs pendant leurs heures de discipline.

    Il me sera possible ponctuellement de reprendre les élèves pendant des "heures CDI" pour revenir sur des notions, vérifier des compétences, faire des évaluations. Les premières ont eu lieu en début de parcours sous forme d'une évaluation diagnostique des compétences info-documentaires à l'arrivée en sixième : les élèves en effet ne sont pas vierges de tout savoir, ils ont eu affaire à des bibliothèques d'école, des BCD parfois, des bibliothèques de quartier, la Médiathèque pour certains, de façon il est vrai, très hétérogène selon leur parcours, leurs propres investissements surtout (c'est toujours l'élève qui apprend et qui retient même si le maître enseigne). C'est donc à partir de cette base qui ne reflète qu'une image des compétences de la classe et de l'élève individuellement que je peux ensuite ajuster mon action auprès d'eux.
- nature de documents
- documents utiles à ma recherche
- les clés du livre
- essai de définition d'un document, d'une information

    A également eu lieu un travail similaire d'exploration de leurs représentations en ce qui concerne la lecture  : "Comment je me vois en train de lire" à partir de deux propositions tirées du site de l'AFL, deux textes d'élèves racontant leurs manière de lire (références à retrouver et textes à publier). Les sixièmes étaient alors incités à écrire leurs propres représentations en essayant de cerner pourquoi ils aiment ou n'aiment pas lire et quels genres de documents.



La Formation : les contenus

    J'ai d'abord mis les élèves en dehors du CDI dans la salle informatique en leur posant le problème suivant : (consigne écrite à lire silencieusement puis à discuter collecivement) :
"Vous connaissez des titres de livres de fiction, comment faire pour rechercher un livre de fiction lorsque l'on connaît le titre mais pas l'auteur là, dans cette situation réelle, lorsque l'on n'a pas accès aux étagères du CDI. "

Commentaire
: J'aurais pu mêler titres de fiction et titres de livres documentaires, mais il aurait fallu alors différencier fiction et livre documentaire et nous n'avions pas trop de temps, la manipulation de l'outil a pris un certain temps, certains élèves ayant du mal, heureusement ceux qui avaient terminé les ont aidés. Et se posait aussi le problème de la cote, plus compliquée en système Dewey pour les documentaires. Il a fallu d'abord trouver ce que signifiait "livre de fiction". Beaucoup ont confondu avec "science-fiction" puis on a trouvé "imaginaire, inventé, contraire à livre documentaire qui montre la réalité. On a cité ce que l'on connaissait depuis longtemps, les romans, les contes, les poésies, le théâtre, les BD car les acquis étaient bien là.

    Je voulais surtout leur faire mettre le doigt sur cette réalité : Déjà, les élèves ont trouvé qu'il était bien difficile de trouver un livre avec un seul titre car ils savaient que les livres étaient rangés par noms d'auteurs. Mais savaient-ils qu'en plus, les livres de fiction étaient rangés à des places déterminées par leur nature : roman, conte, poésie, théâtre, et même à l'intérieur des romans, les romans policiers, les romans fantastiques, de science-fiction, catégories existantes dans ce CDI quand je suis arrivée. Chaque bibliothèque, chaque CDI a ses propres manières de coter la fiction. L'important alors est de connaître une des clés du livre : la cote, terme que la plupart des élèves ignoraient et cotes que nous avons observées ensemble à partir de vrais livres de fiction, en particulier ceux que certains avaient empruntés et ramenés.
    Mais comment faire pour aller prendre ces titres... la prochaine fois ? Le logiciel de recherche trouvait alors sa fonction et les élèves étaient invités à prendre en notes les éléments nécessaires pour trouver dans le CDI, dans un tableau de références (= la source des documents) : la cote donc mais aussi le nom de l'auteur, le titre, l'éditeur.
D'où retour sur le test d'évaluation dont ils n'avaient renseigné que les premiers items. On a répondu à l'item "Quelles sont les personnes qui font le livre ?" pour bien se mettre en tête ce qu'était : - l'auteur - l'éditeur - l'illustrateur - le traducteur.

    Recherche ludique dans le CDI avec aides et en utilisant l'écrit

- les deux séances suivantes ont donc été consacrées à une recherche ludique dans le CDI en utilisant l'écrit. J'ai donc proposé un scénario aux élèves en écrivant le début d'un texte sous la forme d'une situation initiale d'un conte avec des héros (eux-mêmes qui allaient vivre une aventure dans un pays merveilleux et effrayant). Ils étudient le conte en sixième, ils en lisent, beaucoup se sont prêtés au jeu en se voyant dans un livre "dont vous êtes le héros ou l'héroïne".

Commentaire :
Grosses difficultés très souvent : lorsqu'il faut lire, l'habitude n'est pas encore prise de lire silencieusement et tout le monde veut lire à voix haute, ce qui n'est pas une façon très active de comprendre réellement un texte, d'autant que souvent, à part celui qui lit et de façon pas très audible, les autres attendent passivement que le temps passe. La situation n'est pas appropriée. Donc les élèves ont lu attentivement et en silence puis discussion collective pour que les plus faibles lecteurs bénéficient de l'apport des autres.

    J'ai au fur et à mesure distribué les photocopies des aides indiquées dans le texte :
- le plan du CDI à moitié effacé
- le toucan avec la classification Dewey et les cotes pour les livres de fiction
- et enfin la fiche de consignes

Repost 0
2 août 2008 6 02 /08 /août /2008 15:52
A partir des textes écrits par les 61 en 2007-2008, il pourra être demandé à des élèves de sixième de l'année 2008-2009 de reprendre les textes et de les réécrire en se servant encore de l'album. En effet, de nombreux textes sont à "réécrire". Certains mélangent différents points de vue, il faudra rechercher la cohérence textuelle. D'autres l'ont atteinte assez vite mais les textes peuvent être améliorés.

Un travail sur les albums est prévu.
A voir.
Repost 0
Published by N.Lanneau, prof doc - dans Brèves
commenter cet article
7 mai 2008 3 07 /05 /mai /2008 12:48
Les élèves du groupe 1 : Walid, Pauline, Fatia, Alexandre, Quentin, Younès, Dalila, Aboubakar, Marc

Les élèves ont d'abord écrit sur ce que leur évoquaient les deux pages de couverture : la première avec son titre, son auteur Rascal, son illustrateur, et son éditeur. Puis ils ont lu les uns après les autres, et il y a eu des échanges sur les différentes interprétations.



Ca évoque l'amitié entre le clown et un ours. Ils vont en voyage.

Je vois un ours et un clown qui voyagent dans un champ de blé.

Je vois un ours portant un clown, dans un champ de blé. Il y a plusieurs héros dans la première de couverture. Ils viennent d'un cirque.

Je vois un désert avec un clown et un ours.

Je vois un ours avec un clown qui marchent dans un champ de blé. Ils sont en voyage.

Ca parle d'un ours et d'un clown qui marchent dans les champs de blé, d'Oregon et de l'ours.

C'est un clown qui part en voyage avec son ours qu'il a rencontré dans un cirque.

C'est un clown qui est assis sur un ours. L'ours marche en plein champ de blé. L'homme va se faire manger.

C'est un ours qui s'est enfui d'un zoo et qui, en chemin rencontra un clown. Et ensemble, ils décidèrent de partir en voyage.


Questions :
- Le titre signifie qu'un personnage part en voyage "Le Voyage d'Oregon". D'ailleurs quelqu'un dit "Ca parle d'Oregon et de l'ours". Donc Oregon, ce serait le nom du clown ? Difficile à départager, certains pensent que oui, d'autres disent que c'est l'ours. Tout le monde est d'accord pour dire que c'est en allant lire à l'intérieur que l'on aura la réponse.
- Vous avez tous dit que les deux personnages voyagent dans  un champ de blé, sauf l'un d'entre vous qui parle de désert. Pourquoi un champ de blé ? - Parce que c'est jaune. - Mais est-ce que ces champs ne pourraient pas  être des champs d'une autre sorte ? - de tournesols, de maïs mais on ne le sait pas. Le désert évoque la solitude. Il n'y a personne dans ces espaces jaunes. Mais ça ne ressemble pas à du sable... Oui, mais un désert n'est pas obligatoirement du sable. Ce peut être un endroit désert.
- Que vous évoque le mot "Oregon" ? - Rien - La couleur de l'or
La couleur de l'or peut être mise en relation avec le jaune or du champ sur lequel se détache le titre.
On verra plus tard pour la signification de "Oregon" que quelqu'un avait trouvée dans l'autre groupe.

Atelier d'écriture
Dictée de deux ou trois phrases. Stop. Il faut écrire une suite. Stop. Dictée à nouveau. Le tout trois fois. Ces dictées n'ont pas pour but l'apprentissage de l'orthographe mais il s'agit d'entrer dans le texte par le texte et en y mettant son imagination. Qui restera le plus  près du texte ? Qui décollera et fera jouer son imagination ?
A la fin, chacun entoure son propre texte et on ne lira que celui-ci qui servira de matrice à l'écriture les fois suivantes.
Les textes seront repris pour être réécrits soit par l'élève soit par un autre élève. Il faudra rechercher la cohérence. Les fautes d'orthographe ont été corrigées.

Texte 1

Je voyais qu'il n'était pas heureux car on l'avait séparé de sa mère à sa naissance. Alors, un jour, j'ai décidé de lui demander s'il voulait partir avec moi en voyage. Car il m'était arrivé la même chose qu'à Oregon. Ma mère était morte à ma naissance. J'ai hésité et je lui ai dit : "Ca tombe bien, je voulais te demander de partir en voyage avec moi. Mais comme tu me proposes de t'accompagner, je veux bien."

Texte 2


Il réussit son numéro. Et il se fit remarquer d'un spectateur qui l'engagea dans un grand cirque. Il devint célèbre dans le monde. Moi, j'ai su gérer mon trac et je réussis simplement ce numéro.
Il voulait voir sa famille et surtout sa femme et ses enfants.

Texte 3

Je lui ai dit "Bonjour !" et il y a eu un coup de foudre. Il y a eu une amitié admirable. La forêt était à l'autre bout du monde et ils entreprirent un pénible voyage.


Texte 4

Après, on partit ensemble.


Texte 5



Mais je refusai de l'amener car si je l'amenais, il n'aurait plus d'amis.


Texte 6


Oregon a raté son numéro. Le public était fou de rire. Le patron m'a envoyé faire mon numéro. Mais je l'ai raté aussi. Le public me jeta des tomates. C'est pour ça que j'ai les cheveux rouges depuis. Oregon et moi, nous fumes virés. Alors, je vis qu'Oregon était très triste. Je compris maintenant qu'il voulait retourner d'où il venait. En réfléchissant, j'acceptai de conduire Oregon.


Texte 7

On est devenus amis tous les deux, puis on s'est invités à chanter dans un champ de blé. Je respirai un coup, je passai le rideau, je vis un monde fou. Tout le monde me regardait. C'était le moment de chanter. Le soleil commençait à se coucher, on était émus d'être amis.


Texte 8

Il était très beau et j'ai bien apprécié son numéro. D'ailleurs, il était mieux que moi. L'ours s'appelait Oregon. J'ai essayé de faire mon numéro comme d'habitude, mais avec tous ces regards qui me fixaient, ça m'a fait stresser. La grande forêt, il faisait très froid et très noir, alors l'ours m'a porté toute la journée, puis on est passé dans un champ de blé, on a commencé à manger.


Texte 9

J'ai regardé son numéro, nous nous sommes croisés. J'ai retrouvé l'enfance sur la scène où je jouais des enfants. Il m 'a  dit : "Je vais te conduire à la grande forêt "et on est partis.


Texte 10

Et c'est là que j'ai vu à quel point il était malheureux.
"Ma foi, pourquoi pas ?"
Et ils se mirent en route.
Repost 0
Published by N. Lanneau prof doc - dans LES 61-08
commenter cet article
2 mai 2008 5 02 /05 /mai /2008 13:03
Mercredi 30 avril à 8h Groupe 2
Je propose à Yannick, Yanis, Gaëtan, Pauline, Méryl, Henriette, Maëva, Mehdi, Guillaume, Mickaël, Medhi, Julien, un atelier d'écriture à partir de l'album "Le Voyage d'Oregon" de Rascal.
Je leur présente l'album à l'envers, la couverture face à eux. Ils ont donc devant les yeux l'illustration qui couvre la première et la quatrième de couverture.
Je voudrais qu'ils expriment ce qu'ils ressentent, comprennent de cette image où le titre n'a pas été supprimé, ni le nom de l'auteur. But des écritures : faire écrire le plus possible, - le toilettage des textes, la réécriture se fera au fur et à mesure, - et associer la lecture à l'écriture. Surprendre, donner envie de... lire, d'écrire.

J'obtiens  (dans le désordre) :
- Un clown rencontre un ours.
- Je vois un clown sur un ours traversant un champ de blé.
- Je vois un clown sur un ours et les deux se trouvent dans un champ de blé.
- Je vois un champ de blé avec un ciel un peu sombre. Un ours brun avec un clown. Ce clown porte un chapeau. Le clown est sur l'ours.
- Un clown rencontre un ours et il monte sur ses épaules.
- On voit un clown bizarre en train de marcher dans les champs avec un gros ours.
- Il y a un paysage avec un ours et un clown.
- Un clown dans un champ de blé a rencontré un ours.
- Je vois  un clown sur un ours dans un champ de blé  .
- Je vois un clown qur un ours gentil.
- Je vois un clown qui a l'air d'avoir rencontré un ours et ils font la route ensemble dans un champ de blé. (Il ajoutera à l'oral : Oregon me fait penser aux States).
- Je vois un clown qui est monté sur un ours qui sûrement s'appelle Oregon, dans un champ.

Ces textes seront repris.

Passons à un autre exercice : cette fois-ci, plongée à l'intérieur du texte que je dicte paragraphe par paragraphe. Je dicte quelques phrases, stop, les élèves doivent écrire sans trop réfléchir ce qui leur vient à l'esprit.
La dictée ne sera pas corrigée au point de vue orthographique (là, n'est pas l'objectif, le texte n'est pour l'instant que prétexte à s'engager soi-même, plus tard, on pourra comparer si l'on veut...)
Fin de l'écriture : entourer les phrases produites et lire au groupe uniquement ce que l'on a écrit soi-même. Les textes collent-ils aux phrases dictées ? S'en éloignent-ils ?

Résultats en vrac :
Certains n'ont pas osé, n'ont rien écrit (1) ou une seule phrase, en plein milieu, comme soudain inspiré :
- J'ai cru qu'il était fou.
Un autre :
- Il y aura un prince charmant.

D'autres ont répondu à la consigne :
- Je l'ai vu passer, il était très bon. Il faisait un numéro très drôle et il s'en sortit. J'eus un moment de réflexion et je dis : "d'accord, je t'emmènerai". Blanche-Neige était vêtue d'habits courts.



- Quand je vivais au cirque, petit, avec les animaux... "Je vais essayer de te délivrer ", dit le clown. Ce sera bien.


- En entrant sur scène, je commençai en entrant dans un canon où je fus propulsé sur une échelle. Je le fis sortir par une fenêtre d'où il a sauté. Il en sortit indemne. Je partis, mes caisses sur les épaules. Nous avons marché jusqu'à un champ parce que nous étions fatigués.

- Nous sommes devenus très amis. On faisait du shopping, on est allé manger au Mac Do. Ils ont rencontré les sept nains.


- Quand ça a été mon tour, j'ai fait un numéro d'enfant et on me lança des tomates. "Non, ça ne va pas ou quoi ? Et à quoi penses-tu ? Quand est-ce que je ferai mon numéro ? Je ne veux pas encore recevoir des tomates ! " Bref, je partis sur le champ dans un champ de blé à la recherche de sa belle famille.


- Je faisais des pirouettes et des jongles."Non, mais tu parles ? C'est quoi, ça ?" Je faisais des pirouettes et des jongles.



- Le numéro de clown était tellement nul qu'on lui envoya plusiurs objets. Il tomba la tête la première. Il eut tellement peur qu'il sauta par la fenêtre, la tête en bas. Je me scratchai et je fus défiguré. Mais c'était une fille très moche, tellement qu'il fit un arrêt cardiaque.


- Puis il fit son numéro, tout c'était bien passé. Je lui ouvris la cage et nous partîmes tous ensemble. Mais je ne rencontrai personne.


- Devant le public, je faisais mon numéro et les gens riaient. Mon acolyte faisait des pitreries aussi. Alors, nous commençames notre grand voyage. Il souriait et moi, je riais de le voir heureux. il fallait tout d'abord traverser le champ de blé. Nous arrivâmes devant une belle forêt et il sauta de joie.


Ces textes seront repris, réécrits. Chaque élève prendra le texte d'un autre pour en faire un autre texte.
On constate dans beaucoup de textes qu'il y a mélange du "Je" du texte initial (le clown raconte à la première personne) et le "il" au lieu du "Je", c'est-à-dire qu'on est tout de suite dans le récit à la troisième personne, ou parfois dans l'incohérence entre un "je" de départ repris tel quel et dans la phrase suivante, "le clown" ou "il". La réécriture devrait permettre de faire prendre conscience de ces structures : il y a un choix à faire, soit on parle à la place du clown, donc on dit "je", comme dans le texte initial, soit le narrateur raconte le récit des aventures du clown et de l'ours. Il y a un point de vue à adopter pour avoir de la cohérence.

Lectures en réseau

Fin de la séance : sur une table étaient posée une sélection de livres sur le thème principal de la quête de soi, du thème secondaire de la conquête de l'Ouest aux Etats-Unis, de la ruée vers l'or, du voyage, imposé ou non, rêvé, du vagabondage, etc. Des livres de toutes natures : bd, romans, poésies, albums, livres documentaires, une revue.
Les élèves ont choisi un livre parce qu'ils étaient attirés par lui, et pour le mettre en relation avec ce qu'ils avaient compris de cette première lecture collective de "Le Voyage d'Oregon". Ils écriront dans leur journal de bord le résultat de leur réflexion et mercredi 14 mai, chacun parlera de sa lecture.
Un seul élève a refusé d'emprunter.
Repost 0
Published by N. Lanneau prof doc - dans LES 61-08
commenter cet article
2 mai 2008 5 02 /05 /mai /2008 12:07
Aujourd'hui, mercredi 30 avril 2008, je tente une expérience de lecture-écriture avec les sixièmes pour leur faire découvrir d'autres aspects de la lecture. Comme les 51, ils vont tenir leur "Journal de bord" de leurs lectures et écritures. Les 51 n'ont pas beaucoup écrit sur ce blog par manque de temps mais peut-être d'ici fin juin, aurons-nous la chance d'en voir certains se lancer dans l'aventure de l'écriture sur ce blog. Je sais que certains ont écrit sur leur journal, ils ont même lu au groupe.
Les 61 : puisqu'il ne reste pas beaucoup de séances avant la fin de l'année et pour les occuper au mieux, je vais recopier moi-même leurs productions.

Les deux groupes vont travailler sur le même sujet : le réseau de lectures autour de l'album "Le Voyage d'Oregon".


Repost 0
Published by N. Lanneau prof doc - dans LES 61-08
commenter cet article
18 avril 2008 5 18 /04 /avril /2008 20:11
Luigi Zuccante, auteur de "Théo file au Sud" est venu au collège rendre visite aux élèves de 51. Ceux-ci avaient préparé des questions. Il leur a répondu.
Pour le blog, nous lui avons demandé de résumer ce qu'il avait dit.


Meggy : Est-ce que vous aviez l'histoire dans votre tête ou... ? Comment avez-vous gardé votre imagination aussi longtemps ?

J'avais surtout des images dans ma tête. Elles trottaient et puis un jour ou plutôt une nuit puisque cela se passe souvent la nuit, dans le calme, ces images se sont organisées, se sont animées et se sont enrichies de détails, de personnages...

Lando : Pourquoi avez-vous choisi cette couverture ? Est-ce que l'histoire de Théo est un rêve ? Pourquoi Matéo apparait une seule fois ? Quelle est son importance ?

J'ai choisi cette couverture car la photo a été prise réellement à Timimoun. La pellicule avait pris un coup de chaleur (il fait parfois là-bas, 45° à l'ombre) mais grâce au numérique, j'ai pu rattraper quelques couleurs. Le roman, c'est une histoire inventée, elle a été embellie, dépouillée de détails peu intéressants comme quand on range une pièce pour qu'elle soit plus jolie, plus agréable à vivre. On ne garde que l'essentiel et le plus beau. Matéo n'apparait qu'une fois parce que l'arrivée de ce personnage était pour le moins imprévue.

Yohan
: Combien de temps s'écoule entre le moment où Théo disparaît et l'arrivée-surprise ?

Je suis incapble de le préciser. Le temps du roman (comme dans un film d'ailleurs) n'est pas toujours celui de la réalité. C'est le lecteur, donc toi, qui va adapter ce temps à ton rythme personnel.

Yacine : Qu'avez-vous vécu en Algérie par rapport au livre ? Est-ce que les entrailles de la mer existent ?

Tous les personnages du livre (la famille d'Ali, le Marabout, etc.) et les lieux décrits existent réellement. Ce sont des gens avec qui j'ai vécu pendant plusieurs années. Dans le désert, et là où j'étais à Timimoun (la région du Gourara), il ya une nappe phréatique très importante. L'eau est seulement à quelques mètres du sol et elle court dans des tunnels de plusieurs kms Elle a un goût car elle contient du magnésium. Une légende rapporte qu'elle passerait sous la mer en provenance des Alpes mais ce n'est qu'une légende.

Alexandra : Est-ce que les djinns existent ?

Pour la plus grande majorité des gens en Algérie (mais aussi dans d'autres pays), les djinns existent. Ce sont des esprits bienveillants ou malveillants mais je ne les ai jamais rencontrés. La montagne des djinns existe réellement et c'est un lieu qui est déserté car cela porte malheur d'aller déranger les djinns.

Julien : Pourquoi le chat apparaît-il à la fin et pas avant ? Et pourquoi pas avant ?

Quand on écrit, on écrit entouré de sa famille, de ses amis, de son chat. En l'occurence, mon chat me regardait toujours quand j'écrivais et donc je l'ai fait participer à l'histoire. Un peut tard, il est vrai, mais j'espère qu'il ne m'en a pas voulu car depuis il est mort.

Adam: Est-ce qu'Ali existe ? Est-ce que vous êtes Théo ? Avez-vous réellement vécu cette aventure ?

Je crois que quand on écrit une histoire, il y a toujours quelque chose de soi dedans. En ce sens, je peux me retrouver dans Théo mais pas complètement. Et puis Ali existe aussi. Quand j'étais en Algérie, j'ai toujours été reçu de la manière que je la raconte pour Théo. Les voisins, les inconnus rencontrés dans un bus, mes élèves (puisque j'ai enseigné le français à Timimoun) étaient comme ça, accueillants et généreux.









Repost 0
Published by N. Lanneau prof doc - dans LES 51-08
commenter cet article
18 avril 2008 5 18 /04 /avril /2008 14:43
Groupe 1 : à partir du mot "passerelle" - Premiers jets - Textes à remanier

Pour les derniers jets, les textes seront donnés à d'autres élèves du groupe pour qu'ils les remanient selon les consignes, afin de libérer l'écriture.


Texte 1


Premier jet


Passerelle
Je lui roule une pelle sur ma selle.
Mon repas est saupoudré de sel sur ma passerelle irréelle.
Dans mon passé, j'ai repassé ma chaussette sale.
Je suis paresseux, la tête dans mon repas, je dis : "Je rêve".
Elle et moi étions sur une selle de cheval, une pelle à la main, à la plage.

 



Deuxième jet proposé (au retour des vacances d'avril) : Le texte I est plein de sonorités, d'assonances. Il y a une atmosphère poétique. Est-ce un rêve ?


Le texte II sera à la forme négative et se terminera par une affirmation puis une interrogation. Que deviendra le texte I ?

 

 



Texte 2


Premier jet


Passerelle
Le gouvernement français veut installer des passerelles entre les grandes villes d'Europe, bien qu'il paresse et est à la limite du réel. Les pays concernés sont : la Suisse, la Grande-Bretagne, l'Italie et l'Allemagne. Mais ils ne veulent pas les construire pour plus de 500 000 000 dollars. Ces pays doivent d'ailleurs se rencontrer dans la grande salle. Le président se prend pour une star. Les premières négociations sont très mauvaises. La France espère que ça réussira.



Deuxième jet proposé (au retour des vacances d'avril) : Le texte I apparaît comme un article de journal sur les relations internationales. Il est aussi poétique avec des sonorités qui reviennent à plusieurs reprises.


Le texte II sera un dialogue entre un père et un fils : points de vue sur le monde. Cette ou ces passerelles que sont-elles ? A quoi vont-elles servir ? Changer tous les adjectifs qualificatifs par d'autres adjectifs qualificatifs, tous les noms par d'autres noms ou redoubler ceux qui existent déjà par des synonymes.

 

 



Texte 3


Premier jet


Je roulais une pelle au sel
Qui était sale, c'était réel
Mais je voulais passer dans l'autre monde
J'étais seul dans ce monde vide et froid
J'avais froid dans cette grange en bois
Je n'avais pas de nourriture ni à boire
Je n'arrêtais pas de pleurer dans ce monde si cruel

 

 

Deuxième jet proposé (au retour des vacances d'avril) : Le texte I est plein de sonorités, d'assonances. Il y a création d'un monde "vide et froid", très poétique, ou de science fiction.


Dans le texte I, remplacer "je" par "il" ou "elle" ou lui donner  un prénom ou un nom. Le narrateur va alors raconter ce que lui a raconté quelqu'un sur ce personnage. Ex : "On m'a raconté un jour que... "

 

 



Texte 4


Premier jet



Hier, je suis partie avec lui et je lui ai roulé une pelle sur la passerelle. Sur la selle de mon cheval avec lui, j'ai passé la passerelle pour passer de l'autre côté. Mon père nous attendait devant la passerelle. Il m'a dit : "Il faut rentrer !" Mais j'avais tellement la flemme. Quand je me suis réveillée, j'ai compris que ce n'était pas réel.



Deuxième jet proposé (au retour des vacances d'avril) : Dans les deux textes qui semblent raconter un rêve, la narratrice disait "je" et l'action avait lieu au passé. On le comprend à travers l'utilisation des mots "Hier" et "Je" plus l'accord du participe passé au féminin :"partie".


Dans ce texte II, remanier complètement l'organisation de la syntaxe en changeant les mots, en décalquant  : "hier" deviendra par exemple "demain" et "Je" quelq'un d'autre. Ainsi de suite pour tous les mots...


 

 


Texte 5


Premier jet


Passerelle
Je suis passé sur une passerelle. Elle était belle.
Je lui ai roulé une pelle, elle était bonne.
Puis je suis rentré, j'ai mangé un petit repas.



Deuxième jet proposé (au retour des vacances d'avril) : dans le premier texte qui est plein de sonorités aussi, il y a un narrateur qui dit "Je" et s'adresse à "elle" non définie.


Dans le deuxième texte, Le narrateur sera une narratrice. C'est "elle", l'autre personnage qui va raconter, qui va donner son point de vue. Change aussi les verbes par d'autres verbes, les noms par d'autres noms, les adjectifs qualificatifs par d'autres adjectifs qualificatifs ou redouble ceux qui existent par des synonymes.


 

 


Texte 6


Premier jet


Passerelle
Le temps passait, je restais dans la salle avec ma selle de cheval. Mon frère ramassait la terre avec une pelle, mon père râlait, ma mère pleurait, ma tante repassait, mon oncle préparait le repas.

Je me demandais si c'était réel.


 

Deuxième jet : Le texte I est rempli d'assonances. On dirait une chanson avec toutes ces répétitions en é. Effectivement, n'est-ce pas inventé ?

Remplacer "je" par un personnage au masculin ou au féminin.

Le temps passait, Anastasia restait dans la salle avec sa selle de cheval. Son frère ramassait la terre avec une pelle, son père râlait, sa mère pleurait, sa tante repassait, son oncle préparait le repas. Le soir venu, elle se glissa sous sa couverture.
Le lendemain, il n'y avait plus personne. Elle se demanda si c'était réel.
Le lendemain, elle alla se promener et vit quelque chose. Et elle trouva cela joli. Pendant longtemps, elle est venue le voir tous les jours.


Troisième jet proposé (au retour des vacances d'avril) : Réécrire le texte en commençant par la fin. Amplifier le texte III en ajoutant des adjectifs qualificatifs, des adverbes.


 

 

 


Texte 7


Premier jet



Quand je me suis réveillée, j'ai tout de suite compris que cette passerelle était vraiment réelle. Mon pull était sale, je ne comprenais pas car hier il était propre.
Je suis peut-être somnambule.
J'ai vu mon chien en train de manger.
La passerelle était verte. De loin, on pouvait la reconnaître.
Le passé a été très dur avec l'histoire de la passerelle.


Deuxième jet proposé (au retour des vacances d'avril) : Le texte II a été amplifié, une histoire se dessine.

Le texte II sera réécrit en commençant par la fin et en remontant, de la conclusion à la première phrase qui deviendra la dernière. Que deviendra ce texte ?


 


Texte 8


Premier jet


Passerelle
Le chien se baladait sur la passerelle. Il n'avait pas beaucoup de poils et il avait de longues oreilles. C'est alors que je l'ai rencontré. J'avais du mal à croire que c'était réel. Pourquoi ? Parce qu'il était magnifique ! Je ne pouvais pas croire que, à ce moment même, j'ai rencontré un si beau chien.


Deuxième jet : corrections personnelles de l'élève.


Le chien se baladait sur la passerelle. Il n'avait pas beaucoup de poils et il avait de longues oreilles. C'est alors que je l'ai rencontré. J'avais du mal à croire que c'était réel. Pourquoi ? Car il était magnifique ! Je ne pouvais pas croire que, à ce moment même, j'avais rencontré un si beau chien. Je me suis baissé et je lui tendis la main avec beaucoup de prudence. Le chien me regarda avec ses yeux brillants et là, à ce moment, je l'ai touché avec ma main. Le chien ne bougea pas et j'ai commencé à le caresser. Il voulait jouer avec moi, je le voyais dans ses yeux et c'est alors que je sortis ma balle. Après avoir joué la moitié de l'après-midi, je l'ai ramené chez moi. Je lui ai donné à manger, je lui ai construit une petite niche, je lui ai acheté un petit collier. Plus tard, je suis rentré à la maison et le chien était toujours là. Je lui ai mis le collier autour du cou et je lui ai donné un prénom "Passerelle". Les jours passaient, passaient. Passerelle jouait beaucoup dans le jardin. Je le promenais le matin, après manger et enfin le soir. Il était très gentil avec les gens du quartier et surtout avec les enfants. Ce n'était que du bonheur d'avoir un chien si beau, si gentil, si généreux. Enfin, dans ma tête, mon rêve de gosse s'était réalisé. Et encore Passerelle n'était qu'un petit chien. Plus tard, il sera plus grand car, après tout, c'est un labrador noir. Passerelle était très sage quand je partis seul au magasin pour toute une journée. Un jour je suis revenu du magasin avec à peine 100 euros au lieu de 300. J'avais de plus en plus de mal à payer les factures, la nourriture et les biens pour Passerelle. Le lendemain, je partis au magasin, mais une surprise m'attendait : un gros camion emportait tout le matériel :
"Mais que faites-vous ?!"
- On embarque tout, mon gars, votre magasin ne marche plus et on a reçu l'ordre de tout ramener et de fermer votre magasin.
- Non, arrêtez, je n'aurai plus rien pour payer mes factures, je vais me retrouver à la rue !
- Tenez, voilà de l'argent, de quoi vous dépanner un peu."
Je partis, la tête basse vers la maison.
Un mois plus tard, j'ai dû quitter la maison avec Passerelle. On dormait dehors, on faisait les poubelles et j'ai dû même vendre le collier de Passerelle. Pourtant l'impensable se produisit : alors que je dormais, Passerelle partit. Je l'ai cherchais partout et c'est à la fourrière que je l'ai retrouvé. N'ayant pas les moyens de le récupérer, je partis, en jurant de le récupérer.
"La rencontre est une belle histoire, certes, mais quand on s'éloigne l'un de l'autre, c'est une toute autre histoire."


Troisième jet proposé (au retour des vacances d'avril) : raconter comment le chien a vécu cette rencontre. C'est lui qui parle, il devient le narrateur de sa propre histoire, c'est son point de vue que l'on va lire. Reprendre le même texte mais le "je" sera le chien.


 

 


Texte 9


Premier jet


Aujourd'hui, il est parti avec moi sur un cheval. La route était sale, tellement sale. Le cheval m'a portée puis il m'a amenée à Marseille. Mais la selle glissait. Heureusement qu'il était là pour me tenir. Puis on est passé sur une passerelle et on est arrivé. Je suis descendue du cheval. Dès que je suis descendue, je me suis réveillée et j'étais chez moi toute triste.
Mais grâce à mon père, j'ai pu tout oublier.


Deuxième jet proposé (au retour des vacances d'avril) : Dans le texte I, c'est une narratrice qui raconte un rêve.

Dans ce texte II, remanier complètement l'organisation de la syntaxe en changeant les mots, en décalquant  : "aujourd'hui" deviendra par exemple "demain" ou "dans trois jours ", et "Je" quelq'un d'autre. Ainsi de suite pour tous les mots...




Texte 10


Premier jet


Zizou se promenait à Marseille
Sur une selle

Tu es comme une fleur
Qui se trouve à mon cœur
Tu fais de mon malheur
Un pur bonheur
Ne me quitte pas
Je ne vivrai sans toi

Nous nous sommes trouvés
Nous nous sommes aimés
C'était notre destin
Nous ne faisons plus qu'un


Deuxième jet proposé (au retour des vacances d'avril) : dans le premier jet, le narrateur nous parle de Zizou puis s'adresse à lui (on suppose). C'est une déclaration d'amour pleine de poésie.


Dans le second jet, imaginer que Zizou se promène toujours à cheval mais qu'il rencontre sa belle. Le narrateur nous raconte ce que fait et dit Zizou : "Zizou dit à ... que..."




Repost 0
Published by N. Lanneau prof doc - dans LES 61-08
commenter cet article
18 avril 2008 5 18 /04 /avril /2008 14:15
Groupe 2 : textes de départ à partir de la décomposition du mot "Soleil"


Texte 1

Premier jet
Ô Soleil
Ô Soleil, dans un rond tout jaune
il y a plein de mots en toi comme "sol" et "île".
On te voit souvent.
Quand tu es là, les gens sont contents.
Nous te regardons avec notre oeil qui se fait éblouir.
Quand notre corps a froid, tu le réchauffes avec tes beaux rayons et quand tu te couches, la terre est triste.




Texte 2
Ô Soleil
Ô Soleil qui éclaire cette île entourée d'une mer de sel où une oie fait la loi sur son territoire, où les os de sole brillent sur le rivage, alors que d'autres animaux font une révérence.
La foule joyeuse acclame les survivants qui ont survécu à l'horrible oie, en disant : "Olé !"






Texte 3

Ô Soleil
tu fais de la lumière sur la lil et dans l'eau de sel. Quand le soleil s'allume, mon corps a chaud.






Texte 4

Ô Soleil
Je mange un os au sel sur une île où la loi règne et où les oies disent : "Olé !". Et sur l'île, dans la mer, il y a des soles.








Texte 5

Ô Soleil
je mange des os au sel puis le reste, je le donne aux oies !







Texte 6

Ô Soleil
je mange un os sur une île.






Texte 7

Ô Soleil
Tu me réchauffes
Sur mon île
Le sel que tu fais sécher adoucit ma peau
Une clé de sol se promène dans l'air
Les "Olé !" te font rougir
Lil arrive, on te reverra demain





Texte 8

Ô Soleil
Soleil, tu ne chauffes pas quand il y a la lil. L'île dit : "Olé!" quand tes yeux viennent.






Texte 9

Ô Soleil
Sur mon île, je joue sur une clé de sol
Et je grille des soles au feu de bois






Texte 10

Ô Soleil
Dans mon île, les os sont tous par terre à cause des mitraillettes. Ici, il n'y a plus de loi, mais seulement quelques oies. Il faut voir avec son oeil pour le croire. Mais heureusement, j'ai du soleil sur mon île.





Texte 11
 

Ô Soleil
Tu frappes fort les îles
Quand tu fais : "Ole !" on fait : "Ole !"
Quand tu te couches, lil  vient
Quand tu frappes fort, mes cils ont chaud
Mon oeil transpire





"Lil" : la nuit en arabe.

















Repost 0
Published by N. Lanneau prof doc - dans LES 61-08
commenter cet article
5 mars 2008 3 05 /03 /mars /2008 05:55
Cette semaine de la rentrée des vacances de Février, débute le Printemps des Poètes, le mois de la Poésie  qui se déclinera sur tous les tons  à travers la France : poésies, chansons, manifestations. Cette année, le thème de l'éloge de l'autre a été sélectionné. Il est possible de télécharger des poésies sur le site. Voir ci-dessous l'adresse

visuel.JPGCopyright Le printemps des Poètes illustrateur Stanislas Bouvier




A partir du 14 mars, débutera la Semaine de la  langue française avec dix mots pour jouer avec.
Cette année, c'est le thème de la RENCONTRE qui a été choisi :
tact
passerelle
rhizome
jubilatoire
s'attabler
boussole
toi
apprivoiser
palabre
visage

Les sixièmes ont déjà commencé à écrire des textes. Bon courage, les sixièmes 1 !

Repost 0
Published by N. Lanneau prof doc - dans LES 61-08
commenter cet article